Enjeux sociétaux

Drogues : Faut-il privilégier la prévention ou la répression pour limiter les incidents ?

Lors d'une soirée de Dehors Brut, un club parisien, un jeune homme a succombé à une overdose d'ecstasy. Suite à cet incident, la préfecture de police à décidé d'imposer au club une fermeture administrative. Tout cela nous amène à questionner les moyens de prévention et de répression mis en place

Pour aller plus loin

  • Selon toi, ça serait quoi le juste milieu entre prévention et répression ?
    Une sélection de 107 réactions
  • Nelson
    Sensibiliser dès le plus jeune âge, avant que la drogue devienne un potentiel intérêt
  • Keth Saroth
    Je viens pour toi maintenant j'ai désespérer
  • Dominique
    Interdire ces drogues
  • Trésor
    L'éveil de la conscience, les gens doivent se rendre compte que les drogues n'ont jamais fait de bien à qui que ce soit... Ça doit être naturel de ne pas les consommer🤨
  • Anonyme
    Pour moi prévenir est une très bonne chose cela empêche pas mal de monde de tomber dans le système, mais ça ne sert à rien de fermer les yeux sur ceux qui consomment et je trouve bien qu’il y ai aussi des campagnes de préventions qui nous apprennent comment détecter une overdose et réagir face à celle ci !
  • Yannick
    La dépénalisation / légalisation dans tous les autres pays à prouver que c'était le meilleurs modèles à suivre
  • Kevin
    Prévenir les dangers les effets sans forcément interdire
  • Jessica
    Je sais pas mais ce texte est beau : J’ai treize ans, je fume ma première clope en cachette en rigolant avec ma copine dans ma chambre. C'est normal, c'est de mon âge. Entre deux quintes de toux, quand je regarde mon frère et ses potes avachis devant la playstation, à jouer à GTA Vice City, un pétard qui passe de bouche en bouche, je me fais une promesse. “Je ne toucherais jamais au shit, jamais à la beuh de ma vie” J’ai quinze ans, je bois des coups avec mes copines, les premières années de lycées pointent le bout de leur nez et nous les arrosons avec insouciance de vin blanc bas de gamme, non sans réprimer une légère grimace à la moindre gorgée. Un joint dans la main, ma bouche recrache la fumée au doux parfum de chanvre au rythme de mes paroles. En sort également plein de jolis principes de vie, car du haut de notre petite quinzaine d’année, assises sur le canapé en cuir de nos parents, nous débattons de sujets d’actualité. Le dernier en date est un sujet sur les drogues de synthèses chez les jeunes adultes, à peine plus âgés que nous. Nous les critiquons, ces gens perdus qui ne savent pas s’amuser sans ecstazy ou sans MDMA. Rien à voir avec le cannabis, qui, lui, est naturel. Ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle drogue douce. Entre deux gorgées de Chardonnay, je me fais une promesse : “Je ne toucherais jamais à une pilule de ma vie, même en boite de nuit” J’ai 18ans et mes pupilles dilatées au maximum reflètent les lumière multicolore du Folies Pigalle. Mon whisky coca porte le gôut acide des cristaux de MDMA qu’on y a ajouté quelques minutes plus tôt. Ce n’est pas si méchant, ça me rend heureuse, ça m’aide à danser, embrasser, profiter de la vie, je me sens légère et emplie de chaleur. Rien à voir avec les cockés que j’observe du coin de l’oeil, qui prennent leur poudre issue d’un traffic ignoble et qui semblent toujours énervé. Je me fais une promesse : “Je ne toucherais jamais à la cocaïne de ma vie” j’ai 21ans, il est à peine 1h du mat’ mais c’est déjà la troisième fois ce soir que je vais au toilettes pour aspirer d’un coup bref et assuré l’étendue d’une fine trace couleur neige étalée sur le rebord sale des toilettes d’une boîte de nuit rue de Ponthieu. Ces traits se démultiplient, sortent de pochons transparents ou noirs qui passent de poche en poche pour finir dans nos narines et se transformer miraculeusement en flots de paroles incessant, en brouillon neuronal qui surpassent même les basses du club. Mais au moins, je garde les pieds sur terre. Avec la cocaïne, il me semble que je reste moi-même, on peut dire que je suis le meilleur de moi-même. Si il y a bien une chose qui m’effraie, c’est de perdre le contrôle, risquer les hallucinations. Entre deux débats, je m’en fais la promesse : “Je ne toucherais jamais au LSD de ma vie” J’ai 24ans et c’est mon premier festival. Ce n’est qu’après avoir déposé un buvard imbibé d’une belle goutte de LSD que j’en mesure la beauté. J’écoute les lumières, je vois les sons, mon corps vibre, ma vue se tortille d’un mouvement délicieux alternant vitesse et ralenti, j’ai bien plus de sens que je ne le pensais, ma peau détecte chaque molécule qui passe. Quel dommage d’avoir attendu si longtemps. Finalement, les drogues ne sont pas vraiment une problème, le problème sont ceux qui abusent et ne savent pas se gérer. Nous ne somme pas des ojunkies, c’est l’héroïne pour les junkies. Celle la, c’est sur, je me le suis toujours promis “Je ne toucherai jamais à l'héroïne de ma vie” J’ai 26ans, une soirée parmis d’autre qui finit sous multiples produits. Les substances se mélange, les basses résonnent mais plus personne ne prend vraiment son pied. On se défonce pour se défoncer, plus pour s'amuser. Ça fait bien longtemps qu'on ne vibre plus mais qu'on attend juste la prise suivante. L’ambiance est glauque, il est 13h, on est à court de tout. Un mec qui traîne dessine une trace rosée sur le bar, que je reconnais immédiatement, de l'héroïne qui constitue, je le sais, la barrière à ne pas traverser.. Je sais que c’est mal et n'ai cette fois pas de discours pour me rassurer. Quand je la traverse, je réalise la merde que je fais et mon incapacité à tenir ces promesses que je me fais. La moitié d’une vie à partir dans le mauvais sens, à prendre les mauvais chemins. A essayer de pimenter ma vie alors que je creuse ma tombe. Alors je pars. De la soirée, bien sûr, mais pas que. J’ai 29ans, ça fait bientôt trois ans que j'ai vendu mon appart et que je n’ai plus touché à rien, trois ans que je suis sur la route, à parcourir le monde. Le voyage est devenu ma drogue. Chaque moment ou je tends mon pouce est ma montée. Les rencontres, de voyageurs, de locaux, sont des moments bien plus précieux que tout ceux que j'ai pu vivre avant. Qui me font réaliser que la vie est bien trop belle pour la gâcher. Que, si j'ai passé ma vie à tenter de la combler et de la pimenter, la beauté des choses se trouvait en fait dans leur simplicité. Alors je me fais une promesse : "je ne me fera
  • Jocelyne
    Avertissement déjà dans les écoles collèges et lycées
  • Yvan
    Dépénalisation et soins médicaux plutôt que poursuite judiciaire
  • Lyse-Marie
    Légaliser a des fins thérapeutiques ou à l’usage à domicile
  • Gilbert
    Pour moi il ne devrai pas y avoir de prévention c'est directement la répression il faut directement une campagne de répression pas de tolérance.
  • Anonyme
    Légalisation du cannabis (qui donne l impression qu on a des possibilités et qui pousse les drogues durs dans un illégal plus marqué) et prévention sur la consommation (comme avec l alcool ) se détendre c est bien mais avec modération
  • Léa
    La légalisation afin de mieux réguler l’utilisation de drogues
  • Keth Saroth
    Est ce que tu as gotten
  • Carine
    La légalisation des drogues douces
  • Arthur
    Peine de mort pour les drogués Tfacon autant les tuer pour qqlch avant qu'ils meurent d'overdose
  • Dianke
    Au Sénégal pas de campagne
  • Gauthier
    La décriminalisation des consommateurs et une prévention plus fluide dans les démonstrations et les explications
  • Oceane
    Je pense qu'il faut arrêter de réprimer la drogue, celui qui voudra en prendre en prendra, je pense juste qu'il serait plus judicieux de faire des campagnes réelles sur le terrain, comme en boite de nuit ou en rave party, pour tester les produits devant les jeunes pour qu'il sache ce qu'il commence à quel dosage etc... Je pense qu'il faut rappeler aux jeunes qui prennent ce genre de produit pour faire comme tout le monde, ou parce que c'est interdit, il faut leur rappeler qu'ils ont le droit de faire leur propre expérience mais dans le meilleur état d'esprit possible, jamais seul, avec un Sam qui surveille ses copains et ramène la voiture, boire beaucoup d'eau, prendre moitie par moitié tout ça c'est pas insiter a prendre de la drogue cest juste prévenir et peut-être moins de jeunes voudront en prendre
  • Lionel
    La drogue c'est le désir de changer d'état, de passer d'un état où tu te sens pas forcément bien à un état qui te plonge dans une certaine quiétude. Que ce soit la prévention ou la répression cela ne changera en rien l'envie de changer d'état
  • Anonyme
    Il devrais arrêter de faire des préventions pour dire d’arrêter de consommer mais expliquer quelle dose peut être réellement dangereux les drogues les plus meurtrière ect ect donner des conseilles pour que ce qui en consomme sache ce repérer car un consommateur n’arrêtera pas après une prévention l’es consommateur de drogues sont souvent ceux qui s’y connaissent le plus
  • Carole
    De pouvoir surveiller
  • Manon
    Je pense qu’il devrait y avoir plus de compagne de préventions. Je vais avoir 18 ans et je n’ai jamais été confrontée à ça. Selon moi le prévention devrait avoir lieu dans les écoles pour atteindre un maximum de monde. Pourquoi prévenir des risques des MST mais pas de ceux de la prise de drogue occasionnelle ou régulière ?
  • Louis
    Continuer les campagnes choc. Accentuer sur l'accompagnement et l'aide qui est proposée, et qui fonctionne quand elle est sollicitée !
  • Anonyme
    on ne peut malheureusement pas empêcher le consommateur de se droguer donc je pense que la répression empire la situation, mais il devrait y avoir plus de prévention sur la drogue dans les party,
  • Marcelle
    Bon quoiqu'il en soit, si tu veux t'en sortir ,tu peux avrc de la foi et bcps de courage,...🆗
  • Sandrine
    Prendre plus de restriction vigilances plus de côntroles
  • Mamam
    Moi je ne comprends rien tu tout
  • Sélim
    La plus belle prévention que l'on puisse faire(à mes yeux) c'est : "l'addiction est mauvaise et toutes les drogues addictives ne sont pas illégales" C'est comme cela que les consommateurs comprendrons que tout n'est qu'une histoire de dose même si parfois elle est nécessaire car médicale. La répression provoque un interdit et lui-même amène des braves à le contrer. La légalisation permettrait un contrôle et un statut de produit dangereux au drogues douces équivalant au cigarettes à l'alcool et à certains traitement. À chacun de protéger son environnement en limitant cet accès si facile au trafic sachant que lui même enrichi des pays ayant déjà compris.
  • Audren
    Un mixe des deux. Prévenir pour réduire la consommation et permettre à autrui d'aider les consommateurs en bas trip. Et répression, même si cela devrait être un peu plus light car comme on peut le constater, plus on interdit quelque chose, plus on a envie de le tester.
  • Orane
    Il faut pousser les 2 au maximum si on veut faire respecter la loi.
  • Anonyme
    Pas de repression mais plus de prevention
  • Bora
    dire au gens que s’ils prennent de la drogue c’est leur résponsabilité et les sensibiliser sur les mauvaises conséquences
  • Orianne
    Pas de juste milieu, la répression affiche clairement un échec, selon moi il serait bien plus louable de TOUT miser sur la prévention, point.
  • Manon
    Laissez les personnes majeures et consentantes faire ce qu’elle veulent ! Juste prévenir des risques! Si elles sont au courant et d’accord c’est leur problèmes
  • Maëlle
    Rendre les gens biens conscients de ce qu’ils encourent avec des cas concrets.
  • Mégane
    Le juste milieu ce serait de faire une campagne de prevention pour les fumeurs leur expliquer ce qu'il encours en fumant ou en prenant cette merde et leur expliquer l'après faire la meme chose qu'avec les paquets de clopes comme ca il s'en rendrait compte
  • Maë
    Pour moi le mieu c'est de la prevention surtout sur la prise de stup... La répression ne pousse qu'à franchir les barrières.
  • Anonyme
    Des campagnes de préventions régulières mais qui parlent aux jeunes sans nécessairement choqué !
  • Abderahmane
    Autoriser et encadrer la vente de drogue avec un volet prévention.
  • Jean Pierre
    Voir mon texte cité plus haut dans la conversation, que vous pouvez partager.
  • Nathanael Wsl
    Legaliser et prévenir
  • Xavier
    Prévention, clairement. Le répression ne changera rien au problème au contraire. L'interdit peut justement créer l'envie et faire que des personnes peut avertis soit davantage tenter par le coter illégal du truc que par ce que ça peut apporter d'autre. Tandis que la prévention exposé les risques (ce que ne fait pas la répression). Dans tout les cas la drogues circulera, la répression n'y peut rien. Et de tout façon, certaines drogues sont légal, et tuent davantage que les autres (alcool et tabac)
  • Christelle
    Je pense qu'ils devraient déjà faire de la prévention avec d'ancien consommateurs et ensuite répression
  • Killian
    D'abord de la prévention intensif notamment dans les écoles (collèges, lycées) et après des lois internationales plus restrictives car il ne faut pas qu'il n'y ait que les consommateurs qui doivent être punis
  • Thomas
    La plupart des accidents du à l’ecsta en soirée c’est à cause des fdp qui les mettent dans les verres des gens « sains » qui sont là pour passer une bonne soirée. Une fouille complète pour chaque personne qui entre en club, ou des chiens des stup’ serait bien + efficace pour contrer tout ça.
  • Anonyme
    Beaucoup de prévention envers les consommateurs, répression pour les fournisseurs
  • Sylvain
    Prévention maximale répression minimale
  • Lilly
    Que la drogue n'est jamais existé ça aurais été un bon début
  • Jean Luc
    Tout ce qui est '''"light"" type herbe, faut légaliser d'autant que ça peut aider des malades en douleurs. Après dès que ça devient un tant soit peu dangereux, faut interdire complètement. Et mener une politique de répression, très dure, méchante.
  • Stephane
    Consommation dans des lieux contrôlés
  • Johanna
    Mettre les deux au même niveau
  • Marine
    Difficile à dire.. Il a été prouvé que les campagnes de prévention n'ont pas d'impact sur les gens qui prennent déjà des drogues, ça conforte davantage ceux qui n'en prennent pas de ne pas en prendre. De plus pourquoi pénaliser les personnes qui prennent de la drogue ? Pourquoi ne pas plutôt récompenser ceux qui n'en prenne pas 😉
  • Florent
    🙏🏻🙏🏻🙏🏻 Légalisation
  • Sarah
    Je pense qu’il faut ouvrir des centres où des gens peuvent consommer des drogues dites dures en présence de médecin pour contrôler l’état des personnes, les accueillir en cas de bad trip et tenir des permanences de prévention.
  • Louën
    Pouvoir consommer chez soi mais sans bouger de chez soi
  • Olivier
    Légaliser thc et pas trop dose
  • Laurence
    J’avoue que là je n’ai pas la solution !!! Malheureusement...
  • Eddy
    Que les gens puissent être sur de ce qu'ils prennent et qu'ils puissent être accompagnés si nécessaire. Il ne faut pas réprimer ça ni l'encourager. Simplement le démystifier et le rendre plus clair.
  • Dixy
    Énormément de prévention avec de la répression réduite chacun et libre de choisir les actions qu'il veut faire subir ou nn a sont organismes
  • Lauren
    Une légalisation des drogues douces car la diabolisation et l’interdit attire beaucoup
  • Alexiane
    Plus de campagnes de prévention et de gestes de premiers secours en cas de mal réaction, pour prévenir et faire peur des impacts des différentes drogues, pour essayer de dissuader en mettant en avant les danger encourus
  • Océane
    La répression ne sert à rien cela fait des années que la police effectue cette répression rien ne change Le mieux pour limiter les risques est la prévention et l’accompagnement des jeunes qui prennent ces drogues
  • Camille
    Pour éviter les surdoses de drogues, il faudrait que ceci soit légalisé, que les consommateurs puissent avoir accès à leurs produits sans danger
  • Amandine
    Prévention et ensuite répression
  • Anonyme
    Ya pas faut juste faire de la prévention, la répression ça sert a rien
  • Nicolas
    La prévention actuelle est trop légère... Il faut choquer les gens sinon ils ne mesurent pas l'empleur que cela peut avoir
  • Maquessime
    répression plus forte
  • Emily
    De faire comme le Portugal. Ils avaient le taux de drogués le plus haut d'Europe et maintenant c'est un des plus bas. Ils ont tout despenalizé et ont mises sur l'accompagnement et la réinsertion au lieu de la répression et de la condamnation. Quand un policier trouve une personne entrain de consommer de la drogue, il lui explique les risques et l'oriente vers un centre d'aide. Ces centres donnent des aiguilles propres pour éviter la transmission des maladies, ils considèrent l'addiction comme une maladie traitable et non comme un péché. L'opposé de l'addiction c'est la re insertion. (Voir expérience Ratland)
  • Jonathan
    c’est compliqué ! Il n’y a aura pas de juste milieu! L’Humain en général s’en fou clairement ! Il veut tester des produits et faire ce qu’il veut ! La répression ni même la prévention ne sers pas! Il faut que chacun de son plein gré comprenne que sa peut leur arriver à tous et d’agir en conséquence !
  • Bettina
    Je suis de l'avis du mouvement "support, don't punish" c'est à dire aider et comprendre plutôt que de réprimander. Par exemple les heroinomane ont besoin d'aides dans la prise de leur substance et surtout (ce qui est le plus important) l'environnement et les outils utilisés pour cette prise de produit. Si il n'y a pas d'aide car le sujet est tabou, cela met grandement en danger le consommateur.
  • Queencess
    Merci beaucoup pour les infos
  • Angélina
    Je pense que montrer les effets sur l'homme peut dissuader certains surtout pour le consommateurs occasionnels. C'est pas une question d'addiction mais une question de responsabilité. Si tu prends ça tu risques ça que tu le consommés 1 fois ou plusieurs fois par jour, semaine ou mois
  • Swann
    Explication des risques à courir en cas de consommation et des risques juridiques pour les vendeurs (être + porté sur la prévention que la répression dans tous les cas, l’interdit attire davantage)
  • Gabriel
    Éduquer à ne pas prendre de drogues c’est la répression et la prévention serait éduquer à adopter les bons gestes alors il faudrait un peu des deux
  • Louise
    Cela a bien fonctionné pour l'alcool. Faire pareil.
  • Lowen
    Envoie moi une photo de toi
  • Raphaël
    Depenalisation, pour que l'addiction soit une maladie et une prise en charge médicale des consommateurs
  • Stéphanie
    On est pas tous égaux face a la drogue. Ce qui est bon pour toi peut être mauvais pour les autres, le risque est là.
  • Tiffany
    Réduire et mieux gérer la prise par la dépénalisation de la conso et donc un meilleur contrôle du gouvernement
  • Julie
    Se concentrer sur les drogues dures et non que le cannabis
  • Oskar
    D’interdire la drogue dans les lieux publiques
  • Violaine
    La l'égalisation du cannabis thérapeutique seulement pour les personnes malades
  • Cornélius
    Légalisation pour certaines et répression très dure pour les autres
  • Bernadette
    Je n'y connais rien en drogue j'entend que le canabis n'est pas dangereux moi je ne sais pas 🍁
  • Cezouu
    Le plus important est de connaître sa limite, il vaut mieux trop savoir et ne pas fermer les yeux sur ce qu'il se passe et éduquer sur les gestes qui peuvent sauver et éviter l'od.
  • Clara
    Informer sans imposer
  • Julien
    La répression ne sert à rien. La guerre contre la drogue est perdue depuis longtemps et ce, par tous les pays (USA, Europe, etc...). Il serait temps de légaliser toutes les drogues afin d’apporter le contrôle des substances, le conseil à la consommation et l’accompagnement en cas de dépendance des consommateurs. Le fait de l’interdire incite les consommateurs et les addicts à se cacher et prendre des risques énormes. Il serait plus intelligent de dépenser les millions d’euros injectés dans la represseion dans la prévention et l’accompagnement des personnes addicts et leurs familles.
  • Garel
    Je pense qu’on devrait en encadrer la vente et la production, qu’on base tout sur la prévention car c’est avec une bonne prévention axée au plus grand nombre qu’on laissera aux gens le choix vraiment de ce qu’ils veulent faire, en toute connaissance de cause
  • Sébastien
    Pour moi, la pression sur les vendeurs doit être accentuée : tolérance 0 pour eux. Pour les consommateurs, je pense qu'on peut faire mieux en terme de prévention : des campagnes un peu plus électrochoc (quitte à choquer certains)
  • Tatiiana
    Déjà légalisé certaines drogues pour avoir un meilleur contrôle, ensuite avoir une vrai répression sur les vendeurs et les consommateurs puisque la prévention semble ne pas faire effet
  • Louise
    Le juste milieu, c'est la réduction des risques. Reconnaître que la consommation de drogues existe et a toujours existé, afin de soutenir, aider, et conseiller les consommateurs et consommatrices au mieux. Il faut mettre en place davantage de modules de prévention, de tests pour connaître le produit consommé et son dosage, etc. Il faut former les professionnels du monde de la nuit à la réduction des risques. La répression ne mène à rien.
  • Michelle
    Une première fois essayer la désintoxication après le bâton
  • Thomas
    Il faut agir pour controle les doses
  • Max
    La prévention est une fumisterie. Si la répression était beaucoup beaucoup Severe cela disuiadrait les gens
  • Persifleur
    Des publicité montrant une soirée en discothèque ou il y des drogue et un accident ...comme pour l'alcool au volanr
  • Aurore
    C’est quoi cette musique
  • Justine
    La répression est juste mais il faudrait mettre plus de moyen pour la prévention pour toutes les drogues durs, en publicité à la télé aussi pourquoi pas car beaucoup de gens sont désinformés par rapport à la prise de stupéfiants et le font malheureusement de la mauvaise façon Personnellement ça faut plus d'un an que je prends de l'ecstasy occasionnellement et si on sait comment prendre de la drogue, qu'on se fixe des limites et qu'on le fait avec des personnes de confiance tout se passe bien
  • Yannick
    D’abord plus on interdit 🚫 plus y’a de consommateurs
Lire dans Messenger
👆Jam, le média qui se lit dans Messenger 👆